« Il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures »

« Il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. » (Luc 24,45) Je ne sais pas pour vous, mais moi, là, je suis frustré ! Jésus fait une catéchèse à ses disciples. Celle-ci leur permet de comprendre avec intelligence les Écritures, c’est-à-dire la Parole de Dieu mais l’auteur de l’évangile ne nous livre pas cette catéchèse ! Moi aussi, j’aimerai comprendre avec intelligence les Écritures. Comprendre avec intelligence, ce n’est pas comprendre uniquement de façon intellectuelle. Comprendre avec intelligence, c’est comprendre aussi avec son cœur, de tout son être.

Au désert avec Jésus pour le combat de la foi…

Comme nous l’avons entendu dans l’Évangile, nous commençons par partir à avec Jésus au désert. Mais qu’allons-nous faire au désert ? un trek ? une course d’orientation ? mourir de soif ? transpirer à ne rien faire ? nous ennuyer ? Qu’allons-nous faire au désert ?

Une femme parfaite, qui la trouvera ?

A partir du livre des Proverbes, chapitre 31, verset 10 à 31, essayer de tracer le portrait, non pas de la femme parfaite mais de l’Equipe de Conduite Pastorale parfaite ! Envoi en mission de l’ECP de Mers-les-Bains et de Fressenville. Première Journée Mondiale des Pauvres.

« Quand vous avez reçu la Parole de Dieu… »

Dans la liturgie de ce jour, saint Paul nous invite à accueillir les lectures pour ce qu’elles sont réellement : non pas une parole d’homme mais la parole de Dieu. Nous l’entendons de la bouche de l’apôtre Paul aujourd’hui, mais c’est ce que nous redisons à chaque liturgie. En effet, après chaque lecture, quand le lecteur proclame : « Parole du Seigneur », nous répondons : « Nous rendons grâce à Dieu ». De même à la fin de l’Évangile, quand le ministre ordonné proclame : « Acclamons la Parole de Dieu » et que nous répondons : « Louange à toi, Seigneur Jésus ». Nous attestons par-là, que ces paroles ne sont pas de simples paroles d’homme mais qu’elles sont paroles de Dieu.

Toussaint

« Ton nom était invoqué sur moi » (Jr 15,16)

« Ton nom était invoqué sur moi… » : c’est cette Bonne Nouvelle qu’ont découvert tous les saints fêtés ce jour ! C’est cette Bonne Nouvelle qui doit habiter notre cœur de baptisé ! Au jour de notre baptême, le nom du Seigneur a été invoqué sur nous : « Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. ». Nous sommes plongés en Dieu lui-même. Nous sommes plongés au cœur de la vie de la Sainte Trinité elle-même. Cette réalité est vécue par tout chrétien… et donc celles et ceux qui nous ont précédé au Royaume de Dieu, nos frères et sœurs les saints.

Homélie pour la Transfiguration

Pierre, Jacques et Jean, à l’invitation de Jésus vous avez gravi, avec lui, cette haute montagne… sans vous doutez de l’expérience que vous alliez vivre. Certes, Jésus vous avez déjà parlé de sa passion à venir mais vous n’y avez pas cru même si Pierre, tu avais déjà confessé que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu. Là, sur cette haute montagne, à la suite d’autres, tels que Moïse et Élie, vous allez faire l’expérience du Dieu vivant. Oui, vous vous êtes laissés conduire par Jésus et vous avez vu la Gloire de Dieu.

Veillée Pascale

Au cœur de cette nuit, avec les femmes qui viennent au tombeau, nous entendons l’ange du Seigneur nous dire : « Soyez sans crainte ! » (Matthieu 28,5) « Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée… » (Matthieu 28,7). Au cœur de cette nuit, avec les femmes qui quittent le tombeau pour annoncer aux disciples la nouvelle, nous entendons le Christ ressuscité nous dire : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » (Matthieu 28,10)