« Toujours plus loin ! Toujours plus haut ! Toujours plus fort ! » Non, il n’y a pas besoin d’aller concourir à l’émission Fort Boyard pour mettre en pratique cette devise ! Il suffit tout simplement de mettre en œuvre, dans nos vies, la parole de Dieu de ce dimanche !

En effet, Jésus, dans ce long discours qu’est le Sermon sur la montagne, que nous écoutons pour la quatrième semaine aujourd’hui, nous invite à faire un pas en avant dans l’amour du prochain.

Notre nature humaine, marquée par le péché, nous pousse bien souvent à rendre le mal que nous recevons. « Œil pour œil, dent pour dent ! ». Et voilà que Jésus nous invite à une toute autre action : « Je vous dit de ne pas riposter au méchant » (Mt 5,39) et il va même plus loin. Il nous invite à tendre l’autre joue si l’on nous gifle, à laisser aussi son manteau si l’on nous prends le manteau, à faire le double de la distance demandée en cas de réquisition et, cerise sur le gâteau : Jésus nous demande d’aimer nos ennemis. Prier pour ceux qui me persécutent, ça je sais faire : « Seigneur, regarde, je suis grand, je suis beau, c’est moi le meilleur, je t’ai donné ma vie, alors débarrasse-moi de mes persécuteurs, réduis-les en bouillie, s’il te plait. » Quoi, c’est pas comme ça qu’il faut prier ?

Que nous demande donc Jésus ? Il ne nous demande pas d’être des chiffe-molles ! Oh,non ! Souvenez-vous de l’évangile des trois dimanches précédents : les Béatitudes, le sel de la terre et la lumière du monde et la semaine passée l’accomplissement de la loi. Dans la suite de la loi d’amour qu’il nous a présenté dimanche dernier, Jésus continue à nous inviter à aller plus loin dans la loi de l’amour. Il nous invite à aimer notre prochain mais il nous fait découvrir que mon prochain n’est plus seulement celui avec qui je vis, c’est celui avec qui je suis en relation, même conflictuelle donc même mon ennemi ! Tout être humain est mon prochain. Jésus nous ouvre à une nouvelle dimension de l’amour. L’amour n’a pas qu’une dimension sentimentale, il est aussi un acte de la volonté.

Ce discours sur la Montagne ouvre le disciple de Jésus-Christ, donc du chrétien, à une nouvelle implication avec le prochain : Jésus nous invite au risque du pardon. Seul le pardon peut alors nous ouvrir à une nouvelle relation à l’autre. Ainsi, cet évangile est vraiment Bonne Nouvelle pour notre monde d’aujourd’hui. A l’heure où le plus petit des conflits se règle au mieux devant la justice quand il ne se règle pas par la violence verbale ou physique, Jésus nous invite à nous présenter, comme chrétien, dans un style relationnel différent : une ouverture sincère à l’autre dans une réelle gratuité. C’est un risque à prendre comme Jésus lui-même à pris ce risque.

Pourquoi agir ainsi ? Parce que nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Dieu a fait de nous le temple ou il réside, et que « l’Esprit de Dieu habite en nous ».(1 Co 3,16). Par notre baptême, nous sommes fils et filles de Dieu et nous devons agir en enfant de Dieu, agir comme le Fils unique, Jésus lui-même. Jésus a aimé sans condition tous les hommes, même ceux qui l’ont cloué sur le bois de la Croix. Il a été jusqu’à offrir le pardon à ses ennemis. Puissions-nous nous souvenir que par notre baptême, nous sommes entrés dans cette même filiation avec Dieu, que nous sommes marqués du sceau de Dieu. Ainsi, la parole du Seigneur entendue dans le livre du Lévitique (19,2) n’est pas facultatif pour celui qui met sa foi en Dieu : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. » Oui, cette parole de Dieu est un ordre, c’est un appel… c’est notre vocation.

Oui, puissions-nous entendre et accueillir la parole de Dieu de ce dimanche comme une invitation à aller toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort ! Car « un saint vivant n’est pas immobile dans une niche et l’Esprit Saint ne le quitte pas dans les moments difficiles. La grande preuve de sainteté n’est pas de ne pas avoir de tentations ou de lassitudes, non, mais c’est de toujours marcher, de réagir, de monter vers Dieu. » (Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus) Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort… « point d’autre voie que le Christ. Puisque le Christ Jésus nous a été envoyé pour nous indiquer la voie qui conduit à Dieu, et nous montrer en lui la perfection à réaliser, nous devons nous mettre à sa suite et modeler nos gestes sur les siens. » (Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus). La perfection de l’amour à laquelle nous appelle le Christ ne se réalise donc que dans l’offrande de notre vie à Dieu lui-même ainsi nous laisserons l’Esprit Saint lui-même nous modeler à l’image de Dieu. Au soir de notre vie, l’Église pourra dire de nous, comme elle l’a fait pour tant d’autres croyants avant nous : l’auréole parce que tu le vaux bien ! Amen

Homélie pour le 7ème dimanche ordinaire – Année A

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

0 réponse pour “Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort !”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.