A l’heure où il me faut rendre grâce pour ces sept années passées au milieu de vous, les lectures de la liturgie de ce dimanche nous parlent d’une rencontre. Cette rencontre est un appel, appel à suivre le Christ.

« Seigneur, tu as voulu me séduire, et je me suis laissé séduire… » (Jérémie 20,7) « Il y avait en moi comme un feu dévorant, au plus profond de mon être. » (Jr 20,9). Comment ne pas penser à tous ces visages, au sein de cette communauté paroissiale, qui se sont laisser véritablement séduire par le Christ et qui n’ont d’autres désirs que d’annoncer cet amour autour d’eux. Vous ne pouvez pas savoir comment cela est stimulant, pour un pasteur, de pouvoir admirer et rendre grâce au Seigneur pour cet amour qui lie le croyant à son Sauveur.

Si le prêtre est un homme qui s’est laissé séduire par le Seigneur au point de lui offrir toute sa vie pour la gloire de Dieu et le Salut du monde, être au service d’un peuple qui se laisse lui aussi séduire par le Seigneur, est une invitation à aller plus profondément au cœur même de sa propre vocation.

Comment se laisser sans cesse séduire par le Seigneur ? Comment vivre un amour de plus en plus profond avec celui que l’on aime ? Il n’y a pas d’autres moyens que de passer du temps avec l’être aimé dans un inlassable cœur à cœur. Quelle joie pour des amoureux que de pourvoir lire et relire ces lettres d’amours échangées. Quelle joie pour un chrétien de pouvoir lire et relire la Parole de Dieu contenue dans la Sainte Écriture et y découvrir tout cet amour de Dieu pour son peuple, pour chacun de nous. Quelle joie aussi que d’essayer de faire de ma propre vie une lettre d’amour adressée au Seigneur lui-même.

Quelle joie que de pouvoir passer du temps dans un cœur à cœur avec le Seigneur, que ce soit dans la prière silencieuse qu’est l’oraison, ou dans l’adoration du Saint Sacrement, dans l’Eucharistie célébrée chaque jour…

Quelle joie de pouvoir se laisser séduire par le Christ à travers tous ceux et toutes celles rencontrés chaque jour et qui, à travers chaque événement de la vie, cherchent le Seigneur dès l’aube, ceux dont l’âme a soif de Dieu, après qui languit tout leur être.

Oui, Seigneur, pour tous ceux-là, « je t’ai contemplé au sanctuaire » (Psaume 62) en célébrant le sacrifice eucharistique. Pour tous ceux-là, aujourd’hui encore, je te redis : « Ton amour vaut mieux que la vie : tu seras la louange de mes lèvres » (Psaume 62).

Se laisser séduire par le Christ, c’est aussi entendre la parole qu’il adresse à Pierre dans l’Évangile de ce jour : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. » (Matthieu 16,24). Le Christ ne nous invite certainement pas, en prenant la croix, à rechercher la souffrance. Non, il nous invite à prendre sur nous ce joug pour marcher avec lui et nous laisser conduire par lui.

Pendant sept ans, le Christ m’a fait la grâce de pouvoir marcher avec vous sur son chemin. Aujourd’hui, il m’appelle à aller un peu plus loin. Je sais que certains se posent la question de savoir comment je prends ce départ. Sachez que pour moi, quelques soit les détachements qu’il y a à vivre, j’accueille ce départ comme un véritable appel du Christ à me mette encore plus à son service, à me laisser séduire encore plus par lui… pour être le serviteur dont il a besoin pour l’annonce de la Bonne Nouvelle. Remettre cela en cause serait faire affront à l’Esprit-Saint ! Dieu prend soin de son peuple et il le conduit vers les eaux tranquilles… À travers tous les changements et les questions que cela occasionnent pour les uns et les autres, nous sommes invités à vivre un abandon plus encore au Seigneur.

Comme l’apôtre Paul, je ne peux que vous inviter « par la tendresse de Dieu, à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu » (Romains 12,1). « Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait » (Rm 12,2)

Seule cette offrande est capable de plaire à Dieu car c’est le seul et unique moyen de répondre à notre vocation baptismale : la sainteté. Tel est le beau service que vous pouvez rendre à celui qui va recevoir la charge de cette paroisse, dans quelques jours. Je compte sur vous.

« Seigneur, tu as voulu me séduire, et je me suis laissé séduire… » (Jérémie 20,7) « Il y avait en moi comme un feu dévorant, au plus profond de mon être. » (Jr 20,9). Je voudrais m’adresser maintenant à toi qui sens au fond de ton cœur que le Seigneur veut te séduire en te mettant à son service par une vocation toute particulière comme consacré, religieux, religieuse ou comme prêtre… Ne résiste pas à cette séduction du Seigneur ! Laisse-toi séduire ! Il veut ton bonheur ! Offre lui ta personne ! Offre lui ta vie ! Tu as l’impression que le Seigneur t’offre la croix ? N’aie pas peur ! C’est un joug qu’il veut poser sur tes épaules pour te soutenir lui-même d’une façon toute particulière et marcher à tes côtés car il a un grand projet pour toi que tu ne peux même pas imaginer ! Je sais que tu as le cœur généreux… alors n’étouffe pas cette générosité ! Vas-y, fonce ! Laisse-toi séduire, n’éteins pas le feu dévorant qui brûle au plus profond de ton être… il en va de ton bonheur !

Frères et sœurs, à l’heure où nous sommes plusieurs à changer de paroisse, de travail, de ville, d’école, de classe… demandons au Seigneur, comme nous l’avons fait dès le début de cette messe : qu’il enracine en nos cœurs l’amour de son nom, qu’il resserre nos liens avec lui, pour développer en nous, ce qui est bon, qu’il veille sur nous avec sollicitude pour protéger ce qu’il a fait grandir. Amen.

Homélie pour le 22ème dimanche ordinaire – Année A
En action de grâce pour les 7 ans passés sur la paroisse du Saint Esprit

0 réponse pour “Tu m’as séduit… et je me suis laissé séduire !”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.