Il n’est pas nécessaire de voir clairement ce qu’il y a dans notre cœur pour l’offrir simplement, dans un geste de confiance.

Croire paisiblement que nous sommes aimés. Cela demeure vrai, même si nous y sommes apparemment insensibles.

Le plus vrai de nous-mêmes est caché dans un endroit plus profond de notre coeur. Pour en devnier le secret, il ne faut pas trop chercher à le violer. Pour l’entrevoir, il faut un autre regard, une manière plus discrète de regarder – peut-être surtout un acquiescement.

Un acquiescement où notre volonté se sent engagée très profondément, par le plus intime d’elle-même.

Un acquiescement dans la foi. Un acquiescement qui est un acte de foi.

Nous voudrions une prière valable au niveau de ce que nous éprouvons ou sentons, mais c’est à travers notre pauvreté vécue à ce niveau que quelque chose se creuse dans une zone plus profonde de notre être.

Prendre notre pauvreté telle qu’elle est et la remettre entre les mains du Seigneur. Le plus essentiel de la prière trouve son expression la plus vraie dans une simplicité humble et modeste.

Dom Georges Lefebvre

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire