Permettez-moi, en ce dimanche, de laisser Marthe et Marie dans leur rencontre avec Jésus pour nous attacher à une autre rencontre: celle de l’Apôtre Paul avec le Christ. Dans la seconde lecture, tirée de l’épître aux Colossiens, et au-delà de la première phrase qui peut nous paraitre bien austère, Paul nous parle bien de sa propre rencontre avec le Christ. Arrêtons-nous y quelques instant.

Que veut dire Paul quand il écrit: «Je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous, car ce qu’il reste à souffrir des épreuves du Christ, je l’accomplis dans ma propre chair, pour son corps qui est l’Église.» (Colossiens 1,24)? Le Christ n’aurait-il pas tout subit des souffrance de la passion?

Le combat que mène Paul consiste à annoncer l’Évangile. Cette annonce est une peine, une lutte car elle n’est pas un principe philosophique à exposer mais une rencontre à faire vivre. Cette annonce s’inscrit pleinement dans l’existence de celui qui en reçoit la charge. Envoyé par le Christ lui-même, l’apôtre vit en sa chair une configuration toujours plus grande avec le Christ. Toute entreprise d’évangélisation rencontre difficultés, oppositions voire même persécutions.

C’est ce que vit Paul au moment où il écrit cette lettre. Il est prisonnier. Cette situation n’est pour lui ni décourageante, ni désespérée. Ceci non pas parce qu’il est masochiste mais simplement parce que cela lui permet de s’unir plus encore au Christ. En répondant à l’appel du Christ, Paul accomplit la Parole du Christ: «On vous livrera aux tribunaux et aux synagogues, vous serez roués de coups, vous comparaitrez devant des gouverneurs et des rois à cause de moi: ils auront là un témoignage. Car il faut d’abord que l’Évangile soit proclamé à toutes les nations.» (Marc 13,9-10) Tant que chacun n’aura pas reçu l’Évangile, il faudra se donner de la peine et traverser des difficultés, voire des persécutions. Pourquoi?

Pour l’annonce de l’Évangile, Dieu a besoin de nous. Il n’agit pas sans nous mais le monde refuse d’entendre la Parole de Dieu afin de ne pas avoir à changer de conduite. Le monde s’oppose même de toutes ses forces à cette annonce de la Bonne Nouvelle. Les questions de société que traverse notre époque en sont une illustrations flagrantes.

Oser s’engager pleinement dans cette annonce de la Bonne Nouvelle, c’est se rendre capable d’entrer toujours plus dans la découverte du mystère de Dieu. Ce mystère n’est pas une connaissance obscure, ésotérique. Non, le mystère de Dieu est tout autre. Dans le vocabulaire de Paul le mystère signifie le plan de Dieu qui embrasse tout l’univers. Dieu, dans sa grande sagesse, le réalise par étapes et il fut caché jusqu’au Christ même si les prophètes en ont fait une esquisse au cours des siècles. Ce mystère est maintenant révélé, manifesté: il est révélé en Jésus Christ. Aujourd’hui, ce mystère doit être manifesté en nous et par nous. Baptisés, nous sommes, en quelque sorte, présence du Christ au milieu des hommes par notre manière d’agir. Il nous faut donc nous laisser transformer par cette présence du Christ en notre vie, par cette rencontre que nous faisons avec lui au quotidien, à chaque instant de notre vie. Nous devons donc être les premiers auditeurs de l’Évangile.

C’est bien ce que loue Jésus dans l’attitude de Marie. Avant de faire toute chose, elle se met à l’écoute de la Parole, du Verbe de Dieu: le Christ lui-même. Le Christ aime le service plein d’amour qu’accomplit Marthe mais il lui demande simplement de le faire sans oublier d’écouter la Parole de Dieu. Tout ce que nous avons à faire doit être fait dans l’écoute du Seigneur… C’est le meilleur moyen de se laisser transformer profondément par lui et de pouvoir annoncer l’Évangile avec authenticité en en supportant, avec joie, tous les aléas. Amen.

Homélie pour le 16ème dimanche ordinaire – Année C

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.