« C’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé… c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé… » (Isaïe 53,4-5)

Frères et sœurs, en ce jour où nous célébrons la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ, comment ne pas laisser ces mots du prophètes Isaïe résonner dans nos vies ? La Passion n’est pas finie… elle se poursuit dans tous ces lieux touchés par la guerre ; elle se poursuit dans tous ces lieux où l’angoisse étreint les uns et les autres ; elle se poursuit dans tous ces lieux où les malades agonisent dans la solitude ; elle se poursuit dans tous ces lieux où l’odeur du sang et du désespoir domine ; elle se poursuit au cœur de toutes nos souffrances.

Ce soir, nous sommes là devant la croix et nous la contemplons. Nous pouvons être douloureux, uni à toutes celles et ceux qui portent une croix douloureuse dans leur vie… mais ne nous laissons pas envahir par la tristesse, l’angoisse, le doute… car cette croix a porté le Salut du monde ! Cette croix nous ouvre le chemin de la Rédemption, le chemin de l’Espérance ! Elle nous ouvre le chemin de la Vie !

Approchons-nous de cette croix ! Vénérons-la ! Déposons sur celle-ci les fardeaux de nos vies et recueillons l’eau et le sang qui coulent du côté transpercé du Christ : l’eau et le sang de la Vie, l’eau et le sang de l’Amour ! Embrasser la croix, la toucher, c’est manifester, par un geste simple, que nous accueillons le sacrifice du Christ pour nous ; que nous accueillons l’Amour donné. Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.