En ce dimanche, suite à l’évangile proclamé, l’Église met l’accent sur la famille, ce bien si précieux et si fragile de l’humanité. C’est une tradition depuis plusieurs année et pas uniquement aujourd’hui parce que la famille fait la Une de l’actualité.

Traditionnellement, le 7 octobre est aussi le jour où l’Église fête Notre-Dame du Rosaire. Cette fête est institué par le pape Pie V, en action de grâce pour la victoire de la marine chrétienne sur la marine turque lors de la bataille de Lépante, en 1571. Cette victoire est considérée comme un miracle obtenu par la prière du Rosaire dans laquelle toute la chrétienté s’est impliquée à la demande du pape.

Les grâces obtenues par la prière du Rosaire sont innombrables. Cette prière s’enracine profondément dans l’Évangile et nous fait pénétrer d’une façon toute particulière dans l’intimité de la Sainte Famille. Par le chapelet, il s’agit, avec Marie, de méditer sur les Mystères de la vie de Jésus. En effet, «qui, mieux que Marie a vécu une vie simple en la sanctifiant? Qui, mieux que Marie, a accompagné Jésus dans toute sa vie, joyeuse, souffrante et glorieuse, est entrée dans l’intimité de ses sentiments filiaux pour le Père, fraternels pour les autres? Qui, mieux que Marie, associée maintenant à la gloire de son Fils, peut intervenir en notre faveur? Elle doit maintenant accompagner votre vie. Nous allons lui confier cette vie. L’Eglise nous propose pour cela une prière, toute simple, le Rosaire, le chapelet, qui peut calmement s’échelonner au rythme de nos journées. Le Rosaire, lentement récité et médité, en famille, en communauté, personnellement, vous fera entrer peu à peu dans les sentiments du Christ et de sa Mère, en évoquant tous les événements qui sont la clef de notre salut. Au gré des Ave Maria, vous contemplerez le mystère de l’Incarnation du Christ, la Rédemption du Christ, et aussi le but vers lequel nous tendons, dans la lumière et le repos de Dieu. Avec Marie, vous ouvrirez votre âme à l’Esprit Saint, pour qu’Il inspire toutes les grandes tâches qui vous attendent.» (Bienheureux Jean-Paul II, le 6 mai 1980.)

Par la prière du chapelet, nous demandons à la Vierge Marie de nous raconter comment elle a vécu et comment sa vie a été transformée par le mystère de la vie de Jésus que nous méditons. En fait, nous demandons à Marie de nous faire vivre le passage d’évangile que nous méditons pour que la grâce du Christ puisse agir en nous. C’est ainsi que la vie du Christ nous devient de plus en plus familière. Comment cela?

Par cette prière, nous méditons vingt grands mystère de la vie de Jésus, répartis en quatre  catégories: les Mystères Joyeux, les Mystères Lumineux, les Mystères Douloureux et les Mystères Glorieux. Ces Mystères nous font suivre, pas à pas, l’histoire de Dieu qui se fait homme en Jésus-Christ au jour de l’Annonciation jusqu’au don de sa vie pour nous sauver et nous faire entrer dans la gloire éternelle.

Pour chacun des Mystères médités, nous disons, un Notre Père, dix Je vous salue Marie, et un Gloire au Père. Avec l’Équipe de Conduite Pastorale, nous vous proposons de vivre cette belle aventure en paroisse par l’intermédiaire d’une chaine de prière. Cette chaine est composée d’équipes de 20 personnes qui, là où elles sont, prient chaque jour, un des mystères du Rosaire. Ainsi chaque jour, les 20 mystères du rosaire sont priés et en 20 jours chacun à parcouru la chaine.

Pourquoi une telle initiative? Le pape Benoit XVI, le 11 octobre qui vient, va ouvrir l’Année de la Foi, à l’occasion des 50 ans de l’ouverture du concile Vatican II. Il nous invite, tout au long de cette année, à redécouvrir notre foi. Ceci est donc une belle initiative pour vivre cet appel du Saint Père et nous unir à toute l’Église.

De plus, nous sommes convaincus qu’une paroisse qui prie est une paroisse qui vit. Par notre prière, nous soutenons les initiatives missionnaires d’Évangélisation que nous essayons de mettre en place.

Terminons par ces mots d’encouragement du Saint Père: «Quand on récite le chapelet, on revit les moments importants et significatifs de l’histoire du salut; on parcourt de nouveau les différentes étapes de la mission du Christ. Avec Marie, on tourne son cœur vers le mystère de Jésus. On place Jésus au cœur de notre vie, de notre temps, de nos villes, à travers la contemplation et la méditation de ses saints mystères de joie, de lumière, de douleur et de gloire…

Que Marie nous aide à accueillir en nous la grâce qui émane de ses mystères, afin qu’à travers nous elle puisse « irriguer » la société, à partir de nos relations au quotidien, et la purifier de si nombreuses forces négatives en l’ouvrant à la nouveauté de Dieu. Le rosaire, quand il est prié de manière authentique, non d’une manière mécanique et superficielle, mais profonde, apporte en effet la paix et la réconciliation. Il contient en lui-même la puissance qui guérit du très Saint Nom de Jésus, invoqué avec foi et amour au centre de chaque Ave Maria.» (Benoit XVI, le 3 mai 2008)

Homélie pour le 27ème dimanche ordinaire
Paroisse Saint Gilles d’Autre-Maye (Crécy-en-Ponthieu)

0 réponse pour “Vivre l’année de la foi avec Marie”

  • Voici les paroles que Benoît XVI a formulé lors de l’Angelus de ce dimanche 7 octobre:

    Chers frères et soeurs,
    Nous nous adressons maintenant à la Très sainte [Vierge] Marie, que nous vénérons aujourd’hui en tant que Reine du saint rosaire. En ce moment, la traditionnelle « Supplique » s’élève au sanctuaire de Pompéi, et d’innombrables personnes du monde entier s’y unissent.
    Alors que nous nous associons nous aussi spirituellement à cette invocation générale, je voudrais vous proposer à tous de mettre en valeur la prière du rosaire pendant la prochaine année de la foi.
    Avec le rosaire en effet, nous nous laissons guider par Marie, modèle de foi, dans la méditation des mystères du Christ, et, jour après jour, nous sommes aidés à assimiler l’Evangile, si bien qu’elle informe toute notre vie.
    Ainsi, dans le sillage de mes prédécesseurs, en particulier le bienheureux Jean-Paul II, qui a donné, il y a dix ans, sa lettre apostolique « Rosarium Virginis Mariae », j’invite à prier le rosaire personnellement, en famille et en communauté, en nous nous mettant à l’école de Marie, qui nous conduit au Christ, centre vivant de notre foi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.