Homélie pour le 4ème dimanche de l'Avent - Année B

« Voici la servante du Seigneur… » (Luc 1,38)

La Parole de Dieu pour ce dimanche:

2 Samuel 7,1-5.8b-12.14a.16
Psaume 88
Romains 16,25-27
Luc 1,26-38

Lire les textes

A quelques heures de célébrer la Nativité de Jésus, nous venons d’entendre le récit de l’Annonciation. Nous venons d’entendre le récit de cette rencontre entre l’ange Gabriel et la Vierge Marie. Nous pouvons être étonné que l’évangéliste nous livre le récit d’un évènement si intime. Et pourtant cet évènement est un tel enseignement pour notre propre vie que nous devons l’accueillir comme une grâce, un don de Dieu.

Dans cette scène de l’Annonciation, Dieu vient à la rencontre de Marie. C’est lui qui prend l’initiative. Il en est ainsi dans toutes rencontres. C’est toujours Dieu qui prend l’initiative de venir à notre rencontre. Ce matin, même si c’est nous qui avons pris la décision de venir à la messe, c’est Dieu qui a pris l’initiative de venir à notre rencontre dans le sacrement de l’Eucharistie.

Dans cette rencontre, Dieu, par la voix de l’ange, demande à Marie si elle veut bien être la mère du Messie. Il lui demande si elle veut bien accueillir son Fils en sa vie. Cette même annonce, Dieu veut la vivre avec nous. Il vient nous demander, à nous aussi, si nous voulons bien accueillir son Fils dans notre vie, si nous voulons bien accueillir le Verbe, la Parole de Dieu.

Cette rencontre n’a pas lieu n’importe où. Elle se passe chez Marie. Elle se passe dans la chambre la plus intime d’elle-même : son cœur. C’est là que Marie garde tous les évènements de sa vie. C’est là qu’elle met tout ce qui se passe sous la lumière de Dieu pour comprendre le sens profond de chaque évènement. Notre rencontre avec Dieu ne se passe pas n’importe où. Elle se passe toujours chez nous ! C’est-à-dire dans la chambre la plus intime de nous-même : notre cœur. Le cœur, dans la bible, désigne le lieu de la volonté, de la décision, de la conscience. Il est le lieu le plus intime de moi-même où se prend toutes mes décisions.

Comme pour Marie, il nous est posé la même question : veux-tu accueillir chez toi, dans ta vie, le Christ ? Cela suscite peut-être des questions, des interrogations en nous : « Comment cela va-t-il se faire ? » (Luc 1,34) Pour répondre à cette interrogation, il nous est nécessaire de réentendre la salutation de l’ange.

« Je te salue… » (Luc 1,28), littéralement : « réjouis-toi ». Dieu vient en Marie, et en nous, pour la joie d’une intimité, d’une union avec Lui. Cette joie est la joie des noces, la joie d’un amour véritable, authentique.

« Comblée de grâce… » (Luc 1,28) Don après don, Marie est comblée. De même pour chacun de nous, don après don, Dieu nous dispose à recevoir un don nouveau. Dieu nous aime tellement que chacun de ses dons n’est pas une charge qu’il pose sur nos épaules, mais un don qui nous dispose, nous prépare à un nouveau don. Dieu n’a jamais fini de donner.

Marie entend ensuite le don que Dieu veut lui faire. Dieu lui demande de coopérer au Salut de l’humanité en portant son enfant. Dieu nous demande aussi de coopérer au Salut car il ne peut nous sauver sans notre « oui », sans notre consentement.

« Comment cela va-t-il se faire ? » (Luc 1,34) Par cette question, Marie demande à Dieu un appui supplémentaire. Par ses propres moyens, elle ne peut rien faire, elle ne peut y arriver. Réduire tout à ses propres moyens est mission impossible. Le comment est l’action de l’Esprit-Saint. C’est lui l’acteur principal. Il n’est pas un secours supplémentaire. Il est l’acteur principal pour la mission principale. C’est lui qui opère le travail de sanctification en nous… mais il ne peut le faire sans que je lui dise « oui ».

« Voici la servante du Seigneur : que tout m’advienne selon ta parole. » (Luc 1,38) Marie dit un oui total et définitif. Par ce oui, elle devient serviteur parce qu’elle se laisse saisir par l’Esprit Saint. Il en est de même pour nous. Nous devenons serviteur parce que nous nous laissons saisir par l’Esprit Saint et non par la multiplication de nos actions.

Le « oui » de Marie est total et définitif. Elle ne comprend pas tout mais elle dit oui à tout. Son oui est un abandon total au don de Jésus en elle. Marie coopère en laissant Dieu opérer, agir en elle.

Frères et sœurs, à quelques heures de la Nativité de Notre Seigneur Jésus Christ, comment allons-nous finir de nous préparer pour l’accueillir en nos vies ? Prenons les quelques heures de cet après-midi pour relire et méditer cet évangile de l’Annonciation. Le repas de ce soir n’est pas prêt ? les cadeaux ne sont pas finis ? ce n’est pas grave ! car ils ne sont pas l’essentiel de la fête de Noël. L’essentiel est l’accueil du Christ en nos vies. L’essentiel est de dire « oui » au don de Dieu. Seul ce don de Dieu nous apportera le bonheur que nous cherchons. Ne laissons pas le Christ aux périphéries de la fête de Noël. Osons le remettre au cœur de la fête, elle ne sera que plus belle ! Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.