Aimer, ce n’est pas enfermer l’autre, aimer, c’est vouloir que l’autre s’épanouisse, suive le courant naturel de sa vie. Aimer, ce n’est pas mutiler l’autre, le dominer, mais l’accompagner dans sa course, l’aider.
L’amour vrai est le contraire de la volonté de puissance. Savoir accepter l’autre tel qu’il est, être joyeux du bonheur qu’il trouve, l’aimer dans sa totalité, pour ce qu’il est: laideur et beauté, défauts et qualités, voilà les conditions de l’amour, de l’entente.
L’harmonie entre deux être, leur bonheur, c’est aussi le fruit de leur volonté commune de construire le bonheur et l’harmonie.
Car l’amour est vertu d’indulgence, de pardon, de respect de l’autre. L’amour n’est pas seulement un miracle né d’une rencontre, il est, jour après jour, ce que l’on veut qu’il soit.
Et il faut décider de le réussir.
Il n’y a pas qu’une seule façon de vivre à deux. Il y a mille chemins qui conduisent au bonheur et à la paix. Il y a toujours plusieurs chemins pour le fleuve qui va vers la mer, mais il faut que le fleuve aille vers la mer.
Il faut que le couple soit ouvert aux autres, sinon il se perd. Il faut qu’un couple crée: des enfants ou des oeuvres, ou le bonheur pour les autres.
Car l’amour qui s’enferme se dessèche comme une plante sans lumière.
Aimer, c’est sentir qu’on est une parcelle agissante du monde, et responsable de lui.
 

Martin GRAY
Le livre de la Vie
Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire