Chers enfants, aujourd’hui est un grand jour pour vous. C’est un jour de fête. Tous les chrétiens qui vous entourent ce soir sont aussi plein de joie et vous portent tout particulièrement dans la prière. Aujourd’hui, au cours de cette messe, où toute l’Église fait mémoire du jour où Jésus institua l’Eucharistie, vous allez recevoir le Corps du Christ en communiant pour la première fois.

Saint Paul, dans la seconde lecture, nous a dit ce qu’il a lui-même reçu: « Le Seigneur Jésus, la nuit où il était livré, pris du pain et après avoir rendu grâce, le rompit et dit : ‘Ceci est mon corps, qui est pour vous ; faites ceci en mémoire de moi’. De même, après le repas, il prit la coupe, en disant : ‘Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang ; chaque fois que vous en boirez, faites-le en mémoire de moi’ » (1 Co 11, 23-25). Sous les espèces du pain et du vin, Jésus se rend réellement présent à travers son corps et son sang versé par amour pour nous.

Au cours de ce dernier repas, Jésus a aussi posé un autre geste qui nous dit beaucoup sur la façon de vivre comme un de ses disciples. Nous l’avons entendu dans l’évangile de Jean: Jésus a lavé les pieds de ses Apôtres. Ce geste nous allons le revivre dans quelques instants. Mais que veut nous dire Jésus par ce geste?

Jésus vient nous montrer le chemin de la vie, de la vie de Dieu. C’est un chemin d’abaissement, d’humilité où l’homme se fait, à l’imitation du Christ, le serviteur dans la charité de ses frères en humanité. Jésus vient nous dire que son disciple, celui qui est chrétien, fait l’expérience d’une foi vivante, animée par la charité qui naît de la rencontre personnelle avec Dieu qui s’est abaissé en son Fils, qui s’est fait homme, qui est venu se mettre à genoux devant moi pour me laver les pieds afin de m’élever et de me donner part à sa vie divine.

Jésus vient aussi montrer à ceux qu’il a choisi comme ses apôtres, et aujourd’hui à ceux qu’il a choisi comme prêtre, que cette belle et grande mission qu’il nous a confiée, ne peut se vivre que dans l’humilité et un don de soi toujours plus grand.

A vous qui avez accepter de vous faire laver les pieds ce soir, je vous dis un grand merci du fond du cœur, car vous me permettez d’exprimer à Dieu lui-même que je désire véritablement conformer ma vie à celle de son Fils, à vouloir être semblable à lui en toutes choses.

Ainsi dans ce dernier repas, Jésus nous montre la puissance de son amour. Il vient prendre la dernière place, « Il s’agenouille devant nous et nous rend le service de l’esclave; il lave nos pieds sales, afin que nous devenions admissibles à la table de Dieu, afin que nous devenions dignes de prendre place à sa table – une chose que par nous-mêmes nous ne pourrions ni ne devrions jamais faire. » (Benoit XVI, homélie du Jeudi Saint 2006). Jésus nous fait aussi le cadeau merveilleux du sacerdoce. Il constitue ses Apôtres et leurs successeurs comme prêtres. Jésus nous offre les prêtres, qui a chaque Eucharistie, lui permettent de venir dans le pain et le vin, d’être pour nous la nourriture qui nous constitue corps du Christ. Aussi, ce soir, chacun, rendons grâce pour tous ces hommes que nous connaissons et qui ont donné leur vie au Christ et à l’Église pour que nous puissions vivre du sacrement de l’Eucharistie. Tous ces prêtres qui offrent leur vie pour nous puissions recevoir nous aussi la vie du Christ, par le baptême, la réconciliation ou l’Eucharistie.

Chers enfants, Jésus ne refuse rien à ceux qui le reçoivent pour la première fois dans l’Eucharistie. Aussi, ce soir, demandez à Jésus qu’il nous donne des saints prêtres, c’est-à- dire des prêtres qui rayonnent véritablement de l’amour de Dieu, qui se laissent façonner pour être totalement à sa ressemblance. Demandez lui qu’il mette sur votre route de véritables chrétiens qui sachent témoigner qu’être disciple du Christ est la seule source du bonheur. Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.